Terrorisme : les rappels d’Abou Djaffar

Suite à la tuerie de Trèbes et aux commentaires qui s’en sont suivis dans les médias, Abou Djaffar, alias Jacques Raillane, égrène dans le post dont je vous propose le lien ci-dessous, un rappel de plusieurs points clés qu’il faut avoir en tête sur le terrorisme djihadiste et qui ne semblent pas bien assimilés.

J’en retiens un en particulier. Ce n’est pas le seul mais il me semble tout de même l’un des plus basiques et des plus lourds de conséquence pour la vision que nous avons de ces événements.

3/ L’explication psy ne suffit JAMAIS, quand elle n’est pas, tout simplement, risible. Les études ne manquent pas, elles sont aisément accessibles, parfaitement claires et argumentées. Et si vous ne parvenez pas à concevoir/accepter l’existence de projets idéologiques délirants et sincèrement défendus, je vous conseille d’ouvrir un livre d’histoire. Plusieurs, mêmes.

Je vous conseille l’ensemble du post.

Le voici :

http://aboudjaffar.blog.lemonde.fr/2018/03/24/heroes-and-villains/

 

Publicités

Combattre sans réfléchir

Un beau texte de circonstance d’Abou Djaffar.

Sa conclusion :

« Donc, nous pourchassons nos ennemis sans les confondre avec des centaines de millions d’innocents. Donc, nous ne cédons rien de notre liberté, nous ne sombrons pas dans l’hystérie ou au contraire la capitulation. Donc, nous chérissons les victimes et nous leur montrons que la lutte solide et raisonnée que nous menons est conduite non pour les venger mais pour leur apporter la justice et leur montrer que nous sommes bien une communauté. Et donc, nous ne nous compromettons pas avec des discours racistes, des décisions ignobles, des pratiques d’un autre âge. Combattre sans réfléchir n’apporte jamais que la défaite. »

Le lien vers l’article :

http://aboudjaffar.blog.lemonde.fr/2017/01/30/dont-cry/

 

Fascination du djihad : la fiche de lecture

Je vous ai parlé il y a quelques semaines d’un opuscule exceptionnel d’une centaine de pages écrit par l’historien Gabriel Martinez-Gros, spécialiste de l’islam médiéval et de la pensée d’Ibn Khaldoun, lui-même penseur, historien et (presque) économiste du 14ème siècle.

Je continue à vous en recommander très chaudement la lecture. Lire la suite