Vers un nouveau Yalta (C.Galacteros)

J’avais lu en juin dernier cet article de Mme Caroline Galactéros dans le courrier de Russie. Je vous en donne le lien car il est de nature à aider à la compréhension des mouvements tectoniques du monde actuel : l’évolution vers un nouveau monde bipolaire (Chine / Amérique), la stratégie américaine qui survivra très probablement à Trump, la place de la Russie, la souveraineté (illusoire ?) de l’Europe, etc.

À la relecture, je trouve que cet article garde toute sa pertinence.

Bonne lecture !

http://geopragma.fr/index.php/2018/06/20/le-courrier-de-russie-vers-un-nouveau-yalta-20-06-2018/

 

L’évolution du monde selon Charles Gave

Charles Gave nous donne sa vision des grandes tendances géopolitiques et ses conseils d’investissements qu’il en déduit.

Si vous n’avez pas d’argent à placer, ce court article vous donnera au moins une vision alternative de ce qui se passe actuellement et qui est particulièrement complexe. À prendre comme toujours avec précaution et à confronter avec d’autres interprétations globales. Ce qui est intéressant dans cet article, c’est la prise en compte de la souveraineté comme facteur clé dans l’équation globale qu’on ne retrouve pas beaucoup ailleurs.

Bonne lecture !

http://institutdeslibertes.org/le-grand-retour-du-peuple-et-de-la-nation-souveraine/

 

Décomposition de l’UE (Jacques Sapir)

Jacques Sapir donne sa vision de la trajectoire actuelle de l’Union Européenne.

En voici un extrait :

Cette décomposition pourrait aboutir à un éclatement de l’UE comme elle pourrait aboutir aussi à son évolution vers une zone commerciale aux règles souples, organisée autour divers cercles de coopération eux-mêmes définis par des projets et des problèmes particuliers. Mais, quelle que soit la solution, et même si le nom « Union européenne » devait survivre, il est clair que ce ne serait plus l’UE telle qu’elle fut imaginée et mise en pratique depuis le vote du fameux « Acte Unique » de 1986. Nous assistons à l’écroulement de plus de trente années de « construction européenne « .

Bonne lecture !

https://www.les-crises.fr/russeurope-en-exil-union-europeenne-precis-de-decomposition-par-jacques-sapir/

 

France

La rafle du Vel’ d’Hiv’ fut une opération odieuse, criminelle et irréparable, perpétuée par des français exécutant des ordres donnés par des autorités françaises. De plus, bien que la motivation première fut de répondre à l’injonction des forces d’occupation allemandes, cette opération permit à d’autres français de s’approprier des biens appartenant aux familles « raflées ».

Tout cela est odieux, connu et incontestable et on peut consulter des témoignages et des travaux d’historiens pour avoir l’éclairage objectif nécessaire sur ce qui s’est passé.

Cependant, l’affirmation du président de la République, dans son discours à l’occasion de cette célébration, de la responsabilité de la France concernant cet événement inqualifiable, m’a laissé perplexe.

Les mots ont un sens et il convient de le respecter, certains mots en ont plusieurs, d’autres enfin ne se laissent pas enfermer.

Quand on parle de la France ici, de quoi parle-t-on ? Sûrement pas de ses vins et de ses fromages, de ses paysages ou de ses écrivains.

Ici, on parle de son gouvernement. On parle de politique et de responsabilité collective.

Or de quel gouvernement parle-t-on ? D’un gouvernement porté par une classe dirigeante égoïste, défaitiste et cagoularde, issu des pleins pouvoirs accordés sans fondement constitutionnel et collaborant avec les forces d’occupation.

En juillet 2017, nous avons célébré, à juste titre, le 75ème anniversaire de la rafle du Vel’ d’Hiv’.

En juin 2017, nous aurions pu célébrer le 75ème anniversaire de la bataille de Bir Hakeim où se sont illustrées les Forces Françaises Libres aux ordres du gouvernement de la France Libre dirigé à Londres par le général de Gaulle.

Quel était le gouvernement légitime de la France ? Celui qui s’est soumis bien volontiers à l’injonction de l’occupant allemand de lui livrer des Juifs ou celui qui le combattait les armes à la main ?

Quand on parle de responsabilité, on parle de libre arbitre.

Quand on parle de la France, de quoi parle-t-on ?

Quand des français ont choisi délibérément de se battre les armes à la main au péril de leur vie, quel sens pouvait bien avoir pour eux le mot France ?

Je pense, et ce n’est pas qu’affectif et irrationnel, qu’on choisit délibérément le sens du mot France.

Pour l’illustrer, je vous propose de terminer ce post avec le premier paragraphe des Mémoires de Guerre du général de Gaulle.

Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de la France. Le sentiment me l’inspire aussi bien que la raison. Ce qu’il y a, en moi, d’affectif imagine naturellement la France, telle la princesse des contes ou la madone aux fresques des murs, comme vouée à une destinée éminente et exceptionnelle. J’ai, d’instinct, l’impression que la Providence l’a créée pour des succès achevés ou des malheurs exemplaires. S’il advient que la médiocrité marque, pourtant, ses faits et gestes, j’en éprouve la sensation d’une absurde anomalie, imputable aux fautes des Français, non au génie de la patrie. Mais aussi, le côté positif de mon esprit me convainc que la France n’est réellement elle-même qu’au premier rang ; que, seules, de vastes entreprises sont susceptibles de compenser les ferments de dispersion que son peuple porte en lui-même; que notre pays, tel qu’il est, parmi les autres, tels qu’ils sont, doit, sous peine de danger mortel, viser haut et se tenir droit. Bref, à mon sens, la France ne peut être la France sans la grandeur.

 

À propos du droit communautaire européen

Le droit constitutionnel national est un socle incontournable pour toute personne qui aspire à des responsabilités politiques.

Le droit communautaire européen est un vaste domaine riche et honorable que je connais très peu mais qui reste sujet à débat, voire à polémique.

Je vous propose un texte particulièrement critique vis-à-vis du droit communautaire. J’essaierai de trouver d’autres textes plus favorables mais celui-ci est intéressant car il aborde le problème de la légitimité démocratique de ce droit et le sujet de sa primauté.

Il compare la vigilance respective du conseil constitutionnel français et de la cour constitionnelle allemande, cette dernière étant plus soucieuse de la souveraineté nationale que la française.

Ce texte, signé par Ismaël Omarjee, maître de conférence à l’université de Nanterre, est publié sur le blog « l’arène nue » de Coralie Delaume.

http://l-arene-nue.blogspot.fr/2017/06/i-omarjee-on-assiste-une-evolution.html

 

Interview de Christian Saint-Étienne (mars 2017)

Cette vidéo du Xerfi date de mars 2017 mais elle reste d’actualité. Il s’agit de l’interview de Christian Saint-Étienne (durée : 10mn) par Laurent Faibis. Christian Saint-Etienne est professeur titulaire de la chaire d’économie industrielle au CNAM et élu parisien du 11ème arrondissement.

Cette interview est intéressante pour son contenu direct (protectionnisme, Trump, Europe, France, maîtrise budgétaire, politique de défense, etc.) et l’évolution des idées sur l’Europe.

Bonne écoute !

http://www.xerficanal-economie.com/emission/Christian-Saint-Etienne-Christian-Saint-Etienne-Riposter-face-a-l-isolationnisme-de-Trump-5966_3744529.html?utm_source=Mod%E8le%20diffusion%20Xerfi%20Canal&utm_medium=email&utm_campaign=XC240717