Interdire la circulation dans les villes ?

Je vous propose aujourd’hui une réflexion de Jean-Baptisé Noë publié sur le site de l’Institut des Libertés sur les contradictions des politiques urbaines actuelles, à Paris comme en Province.

Bonne lecture !

http://institutdeslibertes.org/empecher-les-circulations-cest-tuer-les-villes/

 

Le credo de Kolakowski (rappel)

Il y a quelques années, je publiais ici-même un lien vers ce texte fameux de ce philosophe polonais génial, Leszek Kolakowski, texte paru dans la revue Commentaire à la fin des années 70. Je remercie par avance la revue Commentaire et les éditions Les Belles Lettres de leur indulgence à mon égard pour l’avoir reproduit ici.

Voici ce texte in extenso :

« Avancez vers l’arrière s’il vous plaît ! Telle est la traduction approximative d’une injonction que j’entendis un jour dans un tramway de Varsovie. Je propose d’en faire le mot d’ordre d’une puissante Internationale qui n’existera jamais.

Lire la suite

La médiocratie

Le blog d’Olivier Berruyer attire notre attention sur « la médiocratie », un livre d’Alain Deneault, philosophe québécois, au travers d’un article de Télérama dont voici le début :

C’est d’une « révolution anesthésiante » qu’il s’agit. Celle qui nous invite à nous situer toujours au centre, à penser mou, à mettre nos convictions dans notre poche de manière à devenir des êtres interchangeables, faciles à ranger dans des cases. Surtout ne rien déranger, surtout ne rien inventer qui pourrait remettre en cause l’ordre économique et social.

« Il n’y a eu aucune prise de la Bastille, rien de comparable à l’incendie du Reichstag, et l’Aurore n’a encore tiré aucun coup de feu, écrit le philosophe Alain Deneault qui enseigne la pensée critique en science politique à l’Université de Montréal. Pourtant, l’assaut a bel et bien été lancé et couronné de succès : les médiocres ont pris le pouvoir. »

 

Cet article suscitera la discussion. Quelles sont réellement les multiples sources de la médiocrité ? Est-ce spécifiquement une marque de note temps ? Le compromis n’est-il pas contingent dans un monde complexe ? Peut-on sortir de la médiocrité et préserver l’aspiration au bien, à la paix et la sécurité ? …

Pour lire la suite de l’article de Télérama :

http://www.telerama.fr/idees/en-politique-comme-dans-les-entreprises-les-mediocres-ont-pris-le-pouvoir,135205.php?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#link_time=1524467942

 

Mensonges

L’ouvrage collectif « où est le pouvoir ? » publié chez Folio est composé de petits textes abordant le thème du pouvoir suivant des angles différents et complémentaires.

Le texte de la philosophe Myriam Revault d’Allonnes s’intitule « Le pouvoir : entre secrets, mensonges et vérités ».

En voici un extrait sur le mensonge (c’est moi qui souligne dans le texte) : Lire la suite

Un sacré coup dans la calebasse

Le taulier, déjà pétri de doutes, est tombé en panne de commentaires, en ce mémorable mois de novembre 2016, alors que s’enchaînaient des événements exceptionnels.

Que fallait-il penser de ces événements ?

Que faut-il penser de ce qu’on nous en donne à voir ?

Que faut-il penser de ce qu’on en pense ?

Lire la suite

Fiasco des politiques ou des experts ?

Une excellente réflexion d’Olivier Passet dans une vidéo de 4mn sur le jeu de rôles entre les politiques et les experts économiques. Qu’est-ce qui permet de distinguer la personne à qui on pourra accorder une oreille confiante ?

http://www.xerficanal-economie.com/emission/Olivier-Passet-L-echec-de-la-politique-economique-et-le-fiasco-des-experts_3744155.html?utm_source=Mod%E8le%20diffusion%20Xerfi%20Canal&utm_medium=email&utm_campaign=XC261016

 

Mensonges meurtriers

Les mensonges peuvent être meurtiers et l’Histoire tragique.

Quand Tony Blair a défendu l’intervention britannique en Irak en 2003, les arguments avancés étaient les liens entre Saddam Hussein et Al Qaïda, la présence d’armes de destruction massive et la démocratisation du Moyen Orient.

Tout cela était faux. Des centaines de milliers de personnes sont mortes, le chaos règne dans le Moyen Orient et nous en subissons les conséquences plus de 10 ans plus tard sur le sol européen.

Loin de rester discret, ce grand homme clairvoyant est intervenu dans la campagne référendaire britannique. Il s’est prononcé clairement contre le Brexit.

Que faut-il en déduire ? Rien !

 

Mensonges et politique

On met en exergue les mensonges et l’impréparation des Brexiters.

Faut-il s’étonner de l’opportunisme et du cynisme des hommes politiques ?

Un exemple qui aurait pu être similaire est le cas de Laurent Fabius, prenant fait et cause contre le projet de traité constitutionnel européen en 2005. Victorieux, qu’a-t-il fait ? De quelle conviction son action s’est-elle ensuite nourrie ?

Il y a un côté fascinant à voir les hommes politiques de tout bord avec leurs petitesses marcher en somnambules sur les sentiers de l’Histoire.

Les positions qu’ils ont opportunément défendues en sont-elles pour autant ineptes ? Quelquefois oui, quelquefois non.

Il est encore trop tôt pour savoir si le courant qui a porté les Brexiters les dépasse réellement ou si l’Histoire se prépare en coulisse.

Gageons que la perfide Albion, nation libre par excellence, ait plus d’un tour dans son sac.

 

La paix civile

« En rupture complète avec la pensée antique, Thomas Hobbes renonce à bâtir la cité idéale sur une conception du bien admise par tous. Il lui suffit d’être le témoin de l’histoire tragique de son pays pour comprendre que c’est au nom de conceptions rivales du bien que les hommes se font la guerre et s’entretuent. Pour asseoir la paix civile, il faut donc avoir recours à ce qu’ils ont en commun – non pas une idée du bien mais une appréhension du mal : la peur de la mort violente. Sur cette base, on fait généralement de Hobbes le père du libéralisme bien que la solution politique qu’il donne à son problème revienne à fonder en raison le pouvoir absolu de l’État. »

Jean-Pierre Dupuy