Huysmans, Houellebeck et Macron par Koenig

Je vous propose aujourd’hui cette intéressante chronique de Gaspard Koenig publiée dans les Echos. Koenig rapproche le roman « Soumission » de Houellebeck de l’élection d’Emmanuel Macron. N’ayant pas lu ce roman, je m’en remets avec confiance à la lecture de Koenig. Le rapprochement est étonnant mais parfois discutable. Les réflexions qu’ils en tirent sont à prendre telles quelles mais aussi « en creux » en cherchant ce qui n’est pas dit dans la chronique, s’agissant d’un roman inspiré du monde de Huysmans qui n’est pas très optimiste. Le propos (la société individualiste) est sans aucun doute intéressant mais loin d’être trivial et encore moins clos. La situation d’aujourd’hui n’est peut-être pas si flatteuse que ça.

https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/030396835843-quand-houellebecq-annoncait-macron-2095996.php#xtor=EPR-130

Pour ceux qui veulent aller (un peu) plus loin concernant l’influence de Huysmans sur Houellebeck, je vous propose un lien vers la chronique littéraire du Point écrit à l’occasion de la sortie de « Soumission ».

Bonne lecture !

http://www.lepoint.fr/culture/soumission-au-dela-du-scandale-l-hommage-de-houellebecq-a-huysmans-06-01-2015-1894366_3.php

 

Publicités

Quand l’Etat-Nation n’existe pas

David Graeber, anthropologue et militant anarchiste américain, dans son livre « Dette, 5000 ans d’Histoire », revisite un certain nombre de concepts qui nous semblent évidents.

Parmi eux, la notion de société telle que nous la connaissons:

« Voici le postulat qui rend si fallacieux le concept de société : le monde est organisé en une série d’unités compactes, modulaires, nommées « sociétés », et chacun sait dans laquelle il se trouve. Dans l’Histoire, ce cas de figure est très rare. Je suis un marchand arménien chrétien sous le règne de Gengis Khan. Qu’est-ce que la « société » pour moi ? La ville où j’ai grandi ? La société des marchands internationaux (avec ses codes de conduite élaborés) dans laquelle je mène quotidiennement mes affaires ? Les locuteurs de l’arménien ? La Chrétienté  (ou peut-être la seule chrétienté orthodoxe) ? Ou les habitants de l’empire mongol qui s’étendait de la Méditerranée à la Corée ? Historiquement, les royaumes et les empires ont rarement été les points d’ancrage les plus importants dans la vie des gens. Les royaumes naissent et meurent ; ils se renforcent et s’affaiblissent ; les Etats font parfois sentir leur présence assez sporadiquement dans la vie des populations, et beaucoup de gens, au fil de l’histoire, n’ont jamais été tout à fait sûrs de l’Etat où ils se trouvaient. Jusqu’à une date très récente, de nombreux habitants de la planète ne savaient jamais vraiment dans quel pays ils étaient censés être, ni pourquoi c’était important. »

Avec un tel  décentrement, nous pouvons mieux discerner ce qui caractérise notre société actuelle et intuiter ce qu’impliquent ses évolutions potentielles. Nous sommes au coeur de notre sujet.