Jeter le doute sur ceux qui doutent

Étrange époque où l’hommage du vice à la vertu de l’esprit critique cherche à nous tromper comme il a toujours cherché à nous tromper, la puissance des médias et des réseaux sociaux en plus.

Je vous livre un lien vers une revue de presse de France Inter qui m’a laissé à ce point perplexe que je l’ai écoutée plusieurs fois. Elle dure 6 mn.

https://www.franceinter.fr/emissions/la-revue-de-presse/la-revue-de-presse-18-avril-2018

Je vous livre aussi le lien vers l’article du journaliste incriminé Robert Fisk traduit par l’équipe du blog Les Crises d’Olivier Berruyer afin que vous vous en fassiez un avis personnel.

https://www.les-crises.fr/en-quete-de-verite-dans-les-decombres-de-douma-et-les-doutes-dun-medecin-sur-lattaque-chimique-par-robert-fisk/

Cet exemple illustre la difficulté que je perçois croissante d’y voir clair sur bien des sujets.

Et ce pour des raisons intrinsèques à la complexité des choses et à la distance qui nous en sépare mais aussi par la confusion voulue ou pas sur ces sujets.

Et bien sûr que le doute est permis.

Mais nous sommes dans une mise en abyme et donc sans fin où nous finissons par douter d’avoir jamais un avis pertinent sur quoi que ce soit tandis que de modernes Tartuffe défilent pour nous dire le Bien et le Mal. Vous aviez cru être débarrassés de l’emprise de la morale sur la société ? Il faudra vous y faire ; toute société sécrète son contrôle social et trouvera sans problème un clergé pour l’assurer.

 

Publicités

Ignorance et inconnaissance

Nous savons que l’ignorance peut provenir simplement d’un manque d’information. Elle peut, de plus, provenir d’un manque de ces connaissances qui permettent de structurer, de comprendre et d’exploiter les informations. Elle peut être aussi la conséquence paradoxale de l’extension des connaissances. Plus je sais, plus je découvre ce que je ne sais pas. C’est la face lumineuse de l’ignorance. Mais nous savons maintenant que l’ignorance peut être produite sciemment dans un but précis (économique, politique, etc.). C’est la face sombre de l’ignorance. Celle qu’on nous fait prendre pour le savoir.

Au XIVème siècle, en Angleterre, un moine a écrit un texte mystique connu sous le titre « Le nuage d’inconnaissance ». Ce texte que j’ai sur ma table de nuit, je ne l’ai pas encore lu. Mais je suis fasciné par son titre qui, pour moi, est une des plus belles images de l’homme priant saisi dans le dialogue avec Celui dont il accepte de rien savoir. C’est en quelque sorte le silence face au mystère de la vie, de la création et du Créateur disent les croyants. On parle aussi de Docte Ignorance.