Irak : l’avenir est sombre

Jean-Pierre Filiu a publié sur son blog un article à propos des milices chiites irakiennes. Leur rôle actuel dans la guerre contre DAECH devraient nous les rendre sympathiques. Mais il n’est pas impossible qu’elles ne deviennent le problème suivant pour l’Irak.

À lire évidemment avec intérêt et à rapprocher des manœuvres militaires en Syrie pour faire la jonction à la frontière syro-irakienne entre les forces armées chiites.

Il convient également de mieux comprendre les rapports de force au sein du pouvoir iranien et la capacité d’influence et de nuisance des Gardiens de la Révolution iraniens.

Il convient par ailleurs d’équilibrer les sources d’information dans un contexte de mise sous tension des acteurs du Moyen Orient par les puissances étrangères, acteurs déjà fortement engagées dans les conflits.  Les propagandes croisées vont se multiplier.

http://filiu.blog.lemonde.fr/2017/05/28/lirak-a-la-merci-des-milices-chiites/

À suivre…

Guerre civile ?

Il y a quelques mois, je me faisais l’écho des propos du patron de la DGSI, Patrick Calvar, sur les risques de réaction violente de la part de mouvements ou d’individus de la droite radicale identitaire si un ou deux attentats de plus devaient survenir.

C’était en mai 2016 et nous étions inquiets des menaces qui pesaient sur l’Euro 2016 de football. Depuis, il y a eu deux attentats et rien ne s’est produit en retour. Preuve sans doute que les services de l’État ont bien fait leur job.

Je vous propose un article tiré du blog du Monde « Droites Extrêmes » réfutant la thèse d’un risque de guerre civile en France qui serait la réplique de la guerre d’Algérie.

http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2017/01/18/la-nouvelle-guerre-dalgerie-naura-pas-lieu-reponse-au-spectre-de-la-guerre-civile/

Une autre radicalité

Un récent article du Figaro a repris les propos du patron de la DGSI sur les risques de guerre civile si un nouvel attentat islamiste devait se produire. Ces propos ont été tenus en mai dernier lors d’une audition devant la commission de la défense de l’Assemblée Nationale. Ils visent clairement les groupes de l’ultra-droite, peu nombreux, mais armés et probablement capables de susciter un acte isolé de type « loup solitaire ».

Le retentissement d’un tel acte, s’il devait se produire, serait bien entendu amplifié s’il survenait à la suite d’un acte djihadiste. Une tolérance si ce n’est une sourde approbation de cette violence serait le pire qui puisse nous arriver.

Je vous propose un article de l’express sur ces groupes d’ultra-droite.

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/attentats-la-peur-de-la-replique-de-l-ultra-droite_1795663.html