Souverain de droit divin

Sous l’ancien régime, être sacré roi, c’était devenir souverain de droit divin.

Il y a, semble-t-il, deux manières d’interpréter cette expression.

Le droit divin est une extension infinie du pouvoir du roi.

Le droit divin est une limitation du pouvoir du roi. Lors du sacre, le roi s’engage à respecter la loi divine et à protéger son peuple. Le peuple du roi, c’est avant tout le peuple de Dieu.

Deux visions du pouvoir qui s’affrontent encore aujourd’hui sous d’autres formes.