La métamorphose

Je ne sais pas ce que voulait démontrer Kafka dans sa nouvelle « la métamorphose » mais l’homme moderne, transporté en état de légère léthargie dans les boyaux du métro, découvre, en regardant la laideur des postures et la violence de certains regards, l’aimable cafard qu’il a accepté d’être pendant 3o ans. Il se plait à espérer devenir l’être humain qu’il pensait être.

 

Publicités