La paix civile

« En rupture complète avec la pensée antique, Thomas Hobbes renonce à bâtir la cité idéale sur une conception du bien admise par tous. Il lui suffit d’être le témoin de l’histoire tragique de son pays pour comprendre que c’est au nom de conceptions rivales du bien que les hommes se font la guerre et s’entretuent. Pour asseoir la paix civile, il faut donc avoir recours à ce qu’ils ont en commun – non pas une idée du bien mais une appréhension du mal : la peur de la mort violente. Sur cette base, on fait généralement de Hobbes le père du libéralisme bien que la solution politique qu’il donne à son problème revienne à fonder en raison le pouvoir absolu de l’État. »

Jean-Pierre Dupuy

Un commentaire sur “La paix civile

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s