Souveraineté et nation corses ?

Il y avait l’Ecosse, la Catalogne, la Flandre belge,  la Crimée et le Donbass ukrainiens. Désormais, une nouvelle souveraineté, celle de la nation corse, s’affirme politiquement et médiatiquement à l’occasion des élections régionales françaises. À la différence des autres régions dissidentes d’Europe,  il ne s’agit pas de la région la plus riche d’un pays qui se distingue et se désolidarise des autres régions. Mais à l’instar de ces mêmes régions, il y a une langue et un bout d’histoire distincts.

Qu’est-ce qui fonde une nation ?

La cohabitation d’une nation française et d’une nation corse sur un même territoire et dans le cœur des mêmes citoyens est-elle possible ? C’est comme ça que ça fonctionnait jusqu’à maintenant.

Ce serait un miracle français et un modèle  (ou pas) pour les particularismes régionaux européens.

On peut balayer d’un revers de main cette mascarade qui cacherait mal un clientélisme qui ne s’avouerait pas. Et contester un mouvement incompatible avec la république une et indivisible.

Je ne connais pas du tout la Corse. Je n’ai strictement aucun avis autorisé pour en parler. Il faut tout de même reconnaître qu’il y a un cas corse. Les résultats électoraux le prouvent. De quel ampleur ?

Un blog sur la souveraineté ne fera pas l’impasse sur cette histoire. À suivre donc.

En lien ci-dessous, la tribune du nouveau président de la région corse dans Le Monde. Le premier quart de cette tribune est accessible aux non-abonnés.

http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/12/17/coup-de-tonnerre-sur-la-corse_4834177_3232.html

 

 

2 commentaires sur “Souveraineté et nation corses ?

  1. Cette affaire Corse me dérange.
    Il y a le résultat des élections régionales.
    Et il y a les violences de cette semaine.

    Qu’est-ce qui fonde une nation ?

    De mon point de vue, ce n’est ni le sang, ni le sol, ni la race.
    C’est même tout son contraire.

    C’est un peu comme le concept de l’âme : un principe de l’esprit établi sur des souvenirs communs auxquels nous nous référons (une histoire…) et un exercice quotidien dans la volonté de vivre ensemble.
    Une âme à la fois passée et présente qui évolue au gré de nos vies collectives.

    Quelque chose dont chacun d’entre nous dirait :  » C’est ça que je veux et c’est bien comme ça !  »

    Est-ce donc cela que les corses essayent maladroitement de nous dire lorsqu’un de leurs encagoulés demande à une Belphégor de retirer son voile ?

    Ou bien sont-ils plus susceptibles que nous autres du continent ?

    Ou bien sont-ils bêtes, tout simplement ?

    Quelqu’un peut-il m’éclairer ?

    Au secours…

    J'aime

    • Deux conceptions de la Nation qui ne s’excluent pas : partager un même passé et partager un même avenir. La deuxième n’est pas la plus facile mais c’est celle de notre République. La première quand elle veut exclure la deuxième est celle de l’extrême droite et peut-être aussi des nationalistes corses. Cette histoire corse est vraiment sérieuse. À suivre.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s