Islande : projet de réforme de la création monétaire

La Tribune, sous la plume de Romaric Godin, publie un article sur un projet de réforme en Islande.

L’idée est de confier l’exclusivité de la création monétaire à la banque centrale, les banques commerciales ne pouvant accorder un prêt qu’à condition que la banque centrale ait couvert ce prêt par une création monétaire équivalente.

Ce projet donnerait à la banque centrale le moyen de maîtriser de manière directe la création monétaire et non plus seulement à travers la fixation du taux directeur.

Ce projet ne manquera pas de relancer les débats sur l’indépendance de la banque centrale, la création monétaire, la réforme du système bancaire, etc.

http://www.latribune.fr/economie/international/l-idee-choc-etudiee-en-islande-et-si-on-retirait-aux-banques-la-capacite-de-creer-de-la-monnaie-470824.html

(Article republié sur Le Banquet car sa version précédente a disparu de manière inattendue)

Publicités

Football et souveraineté

La Grèce encore, comme révélateur du monde comme il fonctionne.

Romaric Godin, journaliste à La Tribune, nous parle dans un article récent du projet du gouvernement grec de réformer le monde du football grec où règnent violence et corruption et de la réaction que lui opposent les instances internationales de ce sport.

http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/la-fifa-menace-la-grece-d-un-grexit-footballistique-471272.html

J’ai cherché dans d’autres journaux un exposé ou une analyse de ce sujet. Je n’ai rien trouvé.

Je fais appel aux amateurs de ce sport pour m’aider à en savoir plus.

 

Projet de loi relatif au renseignement

Le texte du projet de loi est disponible sur le site Legifrance :

http://www.legifrance.gouv.fr/Droit-francais/Actualite/Projet-de-loi-relatif-au-renseignement-PRMX1504410L-19-03-2015-pjl

Pour ceux qui avaient compris que ce projet de loi concernait exclusivement le terrorisme, voici la liste des domaines concernés (je ne sais pas pourquoi le point 3 est en italique sur le site de Legifrance) :

« Art. L. 811-3.– Les services spécialisés de renseignement peuvent, dans l’exercice de leurs missions, être autorisés à recourir aux techniques prévues au titre V du présent livre pour le recueil des renseignements relatifs aux intérêts publics suivants :

« 1° La sécurité nationale ;

« 2° Les intérêts essentiels de la politique étrangère et l’exécution des engagements européens et internationaux de la France ;

« 3° Les intérêts économiques et scientifiques essentiels de la France ;

« 4° La prévention du terrorisme ;

« 5° La prévention de la reconstitution ou du maintien de groupement dissous en application de l’article L. 212-1 ;

« 6° La prévention de la criminalité et de la délinquance organisées ;

« 7° La prévention des violences collectives de nature à porter gravement atteinte à la paix publique.

Une devinette à caractère politique d’Henriane

En ces temps troublés, en ces temps où l’on ne sait plus qui écouter, qui croire, qui suivre… rien ne vaut un retour aux grands penseurs classiques,  aux vrais fabriquants d’idées, ceux qui sont éternels.  Voici un petit cours de politique selon … À vous de deviner !

« Le malheur avec la grande famille humaine c’est que tout le monde veut en être le père. »

Et comme il est de plus en plus difficile aujourd’hui de revendiquer une paternité, nous manquons cruellement d’idées nouvelles,  on nous la joue filiation, avec selon la tendance ceux qui doivent tout à De Gaulle, ceux qui doivent tout à Mitterrand,  ceux qui ne seraient rien sans Jaures, ceux qui ne seraient rien sans Clémenceau. C’est clair, notre histoire est capitale. Mais nous sommes TOUS les enfants de cette multitude de pensées.  68 est passé par là,  nous ne voulons plus de père autoritaire, nous voulons des pairs avec qui débattre,  avec qui construire.

« Nous avons des hommes de principes, c’est dommage qu’on ne les laisse jamais passer à l acte »

Eh oui, on en a des hommes de principes. J’en côtoie plein.  Certes, j’ai de la chance, je vous l’accorde. Mais c’est vrai, qui les laisse passer à l’acte ? Comment fonctionne la progression politique d’un homme ? Quand on voit le parcours, on comprend que les hommes de principes ne sont pas aidés, on comprend qu’ils puissent se décourager.  Pourquoi faut il attendre que les anciens libèrent un poste pour y accéder ? Le « chacun son tour » est ridicule. Le talent n’attend pas. C est l’idee qui doit triompher,  pas la patience.

« Penser qu’avec tous ces personnages intéressants sur la scène politique, personne n’achète de billets! »

Le spectacle politique n’intéresse plus personne.  Les médias sont les seuls à s’amuser encore. L’un et l’autre s’entretiennent,  se soutiennent et le peuple s’ennuie. On le prend pour un idiot sans se rendre compte qu’il en sait de plus en plus et qu’il refuse de se laisser gouverner comme il l’a été ces trente dernières années.  Attention, il pourrait lui prendre l’envie de monter sur scène.

« Il ne faudrait pas qu’à force de chercher des issues, on se retrouve sans entrée. »

Rien de plus terrible que toutes ces décisions prises sans un vrai projet d’ensemble, sans une ligne de conduite claire. Quel que soit le sujet, qui pense le coup d’après ? Economie, international,  social,  c est le règne de la courte vue pour sortir d’une impasse. Pas d’énergie positive porteuse d’espoir. ..

 » Pourquoi se compliquer la vie avec les problèmes du pays,  alors que la solution la plus simple, c’est de les résoudre ? »

Des exemples : les régions, le senat, le conseil économique,  social et environnemental,  l’Ena … Réformez tout ça, tout de suite ! C’est simple et le peuple suivra !

Deux petites dernières, à vous de méditer :

« De carrosserie et de moteur, le pays est fantastique ! Dommage que le levier de changement. .. »

 » A tout ministère,  sa mini hystérie »

Alors le penseur, vous l’avez reconnu : Mafalda, fille de Quino

La thermodynamique des transitions économiques

Sur le blog de Paul Jorion que je consulte quotidiennement, j’ai écouté une vidéo dont vous trouverez le lien ci-dessous. Il s’agit d’une conférence de François Roddier, astrophysicien, qui s’amuse au sens littéral à mettre en parallèle l’économie et la thermodynamique. Les principes de la thermodynamique, les cycles de transformation avec échange de chaleur, les transitions d’état, les différentiels de température, tout y passe.

C’est avec étonnement et plaisir que j’ai suivi ses comparaisons fructueuses. Aussi incongru que cela paraisse, l’exercice est sérieux. Bien sûr, modéliser n’est pas prouver mais la thermodynamique s’avère un outil de modélisation puissant.

La vidéo dure environ une heure et quart.

http://www.pauljorion.com/blog/2015/03/21/la-thermodynamique-des-transitions-economiques-par-francois-roddier/

Pour ceux qui seront conquis, voici l’adresse du blog de François Roddier :

http://www.francois-roddier.fr/

Brave New World Revisited (1958) par Henriane

Il y a 57 ans, Monsieur Aldous Huxley revenait au Meilleur des Mondes, soit 27 ans après nous avoir offert une première visite guidée de son paradis. 57 ans, ça fait un bail (même plusieurs d’ailleurs) et pourtant… jamais un texte n’a paru si précis dans la description de notre quotidien.

Notre monde devient de plus en plus complexe, mais de plus en plus centralisé. De par le fait que l’on est de plus en plus nombreux, on devient de plus en plus organisé. Et voilà le règne des Administrateurs Mondiaux, les Grosses Affaires et les Gros Gouvernements… Fable ou réalité ? Dans une société concentrée et centralisée, comment peut vivre la démocratie ?

Son idée forte est que l’être humain est unique et divers. « Toute civilisation qui, soit dans l’intérêt de l’efficacité, soit au nom de quelque dogme politique ou religieux, essaie de standardiser l’individu humain, commet un crime contre la nature biologique de l’homme. ».

Il décrit la propagande, le marketing et constate, en 1958, « que les principes politiques et les plans d’action précis en sont arrivés à perdre la plus grande partie de leur importance. La personnalité du candidat et la façon dont elle est mise en valeur par les experts en publicité représentent l’essentiel ». « Les services de vente politique ne font appel qu’aux faiblesses de leurs électeurs jamais à leur force latente ». Et aujourd’hui, à votre avis, où en sommes-nous ? Donnez-leur du pain et des jeux ! Les politiques n’ont pas attendu l’essor des spécialistes de la propagande pour user de cette arme. Et aujourd’hui, règne du marketing, de l’image, de la publicité, que nous sert-on en guise de jeux ? Pour le pain, c’est plus compliqué, on ne sait plus les multiplier ! « Pour le propagandiste, l’idéal, c’est la médiocrité dans la bonne qualité. ». Des tranquillisants pour calmer nos craintes sans endommager notre capacité de production, des plaisirs accessibles à tous, des techniques de persuasion rodées, tout cela conduit à une perte de désir de se gouverner soi-même. Sommes-nous à Londres avant la fin du premier siècle après F. ou bien à Paris en 2015 ? Aujourd’hui,  on ne parle plus du droit à se gouverner soi-même, on parle de dépolitisation, et on s’imagine peut-être qu’en rendant le vote obligatoire, on résoudra le problème ! Mais personne parmi nos élites ne souhaite que nous nous gouvernions nous-mêmes. Non ce qu’ils veulent, c’est que nous les aimions à nouveau, inconditionnellement.

Pour résister à l’overdose de symboles sans contenu, d’idées creuses, d’un politiquement correct dénué de tout fond, il n’y a qu’une solution : l’instruction, l’art du langage. « Les effets d’une propagande mensongère et pernicieuse ne peuvent être neutralisés que par une solide préparation à l’art d’analyser ses méthodes et de percer à jours ses sophismes ».

57 ans et pas une ride ! C’est bien la première fois que je me surprends à les aimer, les rides…