L’aveuglement est naturel

Dans un billet précédent, je vous ai parlé du livre d’Emmanuel Todd, « l’illusion économique », livre disponible en format de poche chez Folio, que je vous conseille chaudement.

Dans sa conclusion, Emmanuel Todd s’interroge sur l’aveuglement des élites des pays occidentaux. Cet aveuglement portant en Europe notamment sur les effets du libre échange et de la monnaie unique.

Inutile de jouer les cacous, l’aveuglement est une des choses du monde les mieux partagées.

Elle se niche au coeur de la nature humaine.

Voilà l’analyse qu’il en fait :

« Nous devons d’abord, pour comprendre, nous débarrasser d’une habitude mentale : l’idée a priori que l’aveuglement est absurde, antinaturel, exceptionnel. Toute explication doit au contraire partir de l’hypothèse inverse que rien n’est plus facile et nécessaire à l’homme que l’aveuglement. En économie et en politique autant qu’en amour. J’ai défini, au chapitre II, l’homme par sa curiosité intellectuelle, qui le pousse et explique le progrès des connaissances. Un tel postulat permet de comprendre la marche en avant de l’humanité, la hausse du taux d’alphabétisation, le développement de l’éducation secondaire et supérieur. L’homme est donc un animal qui veut savoir. Mais il est aussi, en une ambivalence fondamentale qui ne peut être résolue, l’animal qui ne veut pas savoir, qui, pour vivre paisiblement son existence terrestre, doit oublier l’essentiel : l’inéluctabilité de sa propre mort. Il est à chaque instant capable de nier la réalité, de se mentir à lui-même, pour « fonctionner » de façon satisfaisante. C’est pourquoi, l’inconscient, ainsi que l’a souligné Freud, ignore sa propre mort. Un homme efficace est psychologiquement et biologiquement construit pour, la plupart du temps, ne pas penser à l’essentiel, sa disparition. Il serait donc tout à fait absurde de considérer le fait même de l’aveuglement comme extraordinaire, invraisemblable, stupéfiant. Nous devons au contraire admettre l’existence, au coeur de l’être humain, d’un programme de négation de la réalité, capable de générer l’illusion nécessaire à la vie. Détourné de sa fin première, ce programme si utile autorise d’autres négations de la réalité. Toute situation perçue comme trop complexe, trop pénible, trop menaçante, est contournée, évacuée, niée. La crise de civilisation que nous vivons est une situation de ce type, qui active puissamment, au coeur de l’élite occidentale, le programme biologique et intellectuel de négation de la réalité.  »

Monde complexe, pénible et menaçant, nous voilà !

Publicités

Le parti Communiste Français et l’Euro

En 1992, le Parti Communiste Français militait pour le non au traité de Maastricht. Donc contre l’abandon de la souveraineté monétaire.

Aujourd’hui, il est pour l’Euro, un autre Euro plus social (je ne peux vous expliquer ce que ça veut que  dire).

Que s’est-il passé ? Comment un tel revirement a-t-il pu avoir lieu ?

Un lecteur historien, sociologue ou politologue peut-il éclaircir ce mystère?

Le résumé de l’histoire du référendum sur le traité de Maastricht  sur Wikipedia :

http://fr.m.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9f%C3%A9rendum_fran%C3%A7ais_sur_le_trait%C3%A9_de_Maastricht

Bonne lecture !

Dette souveraine (suite)

J’ai légèrement modifié mon billet précédent car la Grèce paye des intérêts au hauteur de 4,5% de son PIB.

Cependant, comme je trouve que ce montant est faible (c’est une façon de parler…), il méritera un billet à part entière pour en faire l’analyse.

Très honnêtement, ça ne change pas le raisonnement que je vais maintenant développer.

Je m’explique.

On appelle excédent primaire l’excédent budgétaire d’un état avant paiement des intérêts sur la dette.

Exemple : si je suis un état qui a des comptes équilibrés, je n’ai ni excédent, ni déficit. Excédent primaire = zéro.

Si j’ai des dettes, pour être à l’équilibre, il faut que je dégage un excédent primaire d’un montant équivalent au montant de mes intérêts.

Vous me suivez ?

Dans le cas de la Grèce, elle doit dégager un excédent primaire de 4,5 % de son PIB.

Faute de quoi, le montant de sa dette augmente pour couvrir le paiement des intérêts qu’elle ne sait pas payer.

Même l’Allemagne ne dégage pas un excédent primaire aussi élevé. Son budget sera à l’équilibre cette année,  me semble-t-il, ce qui est d’ailleurs remarquable.

Conclusion : la Grèce ne peut pas rembourser sa dette. Et sa dette ne peut qu’augmenter.

Pour vous permettre d’aller plus loin sur ce sujet, je vous propose ce lien vers un billet paru dans le journal économique La Tribune :

http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20150203trib4c6bbfa36/pourquoi-un-effacement-de-la-dette-grecque-est-justifie.html

Bonne lecture  !

 

Dette souveraine

Une précision importante avant toute chose au cas où mon banquier me lirait : je mets un point d’honneur à payer mes dettes. Ce billet est inspiré par l’actualité.

Je suis un pays du sud de l’Europe dont le PIB est 100.

Je suis endetté à hauteur de 175% de mon PIB.

Je dois payer à mes créanciers chaque année des intérêts à hauteur de 4,5% de mon PIB.

Est-ce crédible ?

Depuis la crise de 2008, mon PIB a diminué de 25%, ma production industrielle de 30%. Après quelques années de (vraie) austérité, ma croissance a été de 0,6% en 2014.

Merci à mes lecteurs économistes  (ou non) de m’éclairer car je dois être dans l’erreur.

Dette grecque : l’accord Eurogroupe du 20 février 2015

Ci-dessous le lien vers le compte-rendu que fait le journal Le Monde de l’accord intervenu à l’occasion de la réunion de l’Eurogroupe de vendredi dernier.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/02/21/l-eurogroupe-parvient-a-un-accord-avec-la-grece_4580954_3234.html

Il est difficile de tirer des conclusions définitives de cet accord. Je vous propose deux commentaires qui vous permettront d’en avoir un éclairage différent.

Le premier est celui de Jacques Sapir, directeur à l’EHESS.

http://russeurope.hypotheses.org/3482

Le second est celui de Jean-Michel Naulot, ancien banquier et ancien membre de l’Autorité  des Marchés  Financiers  (AMF).

http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-michel-naulot/210215/la-grece-quatre-mois-pour-envisager-une-sortie-de-leuro

Enfin pour avoir une information alternative sur la Grèce,  le lien vers le site Okeanews.fr.

http://www.okeanews.fr/

Bonne lecture !

Ma trinité

En m’intéressant à la notion de souveraineté, j’ai commencé à tirer le fil d’une bobine inattendue. Celui de la réalité et de la légitimité du pouvoir qu’on a sur sa propre existence.

La souveraineté de l’esprit est l’expression de la liberté individuelle, la souveraineté du peuple est le garant de la démocratie et la souveraineté de la science est l’exercice collectif de la raison.

Au fond de moi-même, quel autre pouvoir puis-je reconnaître comme légitime?

Celui de l’amour mais, c’est une autre histoire…